Panorama du métier de couvreur

Le métier de couvreur suscite un intérêt croissant chez les actifs. Faisant face à une demande de services de couverture en constante évolution, le métier de couvreur attire en effet les personnes à la recherche de métier sûr et stable.

Le couvreur est un spécialiste de la construction, de l’entretien et de la réfection des toits. Envie de vous lancer dans le métier de couvreur ? Cet article devrait confirmer votre choix.

Le couvreur intervient dans quel secteur d’activité ?

Le métier de couvreur touche à tout ce qui est construction, réparation et entretien des toitures des bâtiments. Ce n’est pas tout ! Le couvreur assure également l’installation des fenêtres de toit et des capteurs solaires. Il pose l’isolation thermique sous le toit.

Le métier de couvreur est donc un incontournable dans le secteur de bâtiment, plus précisément dans celui du gros œuvre. Rendez-vous sur https://activ-toit.com/ si vous recherchez des couvreurs expérimentés et riches de savoir-faire.

Les différentes prestations proposées par un couvreur

Faisant partie du secteur bâtiment et travaux publics, un artisan couvreur assure la mise en place des revêtements qui protègent et assurent l’étanchéité d’un habitat. En ce sens, il lui incombe de réaliser tous les travaux de collecte et d’évacuation des eaux pluviales. Son rôle est de s’assurer que l’étanchéité du toit soit conforme aux besoins du client et surtout au climat de la région. Cela peut impliquer l’installation de chéneaux ou de gouttières.

Le couvreur se charge également de l’isolation thermique. Ses conseils vous seront utiles pour choisir l’isolant le mieux adapté à votre habitation :

  • laine de verre,
  • laine de roche,
  • ouate de cellulose…
Autres informations ici :   Assurance santé aux États-Unis : ce qu'il faut savoir

Le client peut également recourir aux services d’un couvreur pour effectuer la pose de tous les éléments nécessaires à une bonne isolation thermique sous toiture.

Un couvreur est un professionnel polyvalent. Outre l’installation, la réparation et l’isolation de toiture, il peut aussi se voir confier l’entretien d’une toiture. Cela peut inclut essentiellement son nettoyage et son démoussage. Pour débarrasser la toiture des saletés, des débris et des mousses qui s’y sont accumulés au fil du temps, le couvreur utilisera des produits spécifiques. S’ajoutent à cela des techniques appropriées.

Les compétences requises pour devenir couvreur

Plusieurs compétences sont essentielles pour évoluer, réussir et s’épanouir dans le métier de couvreur. Tout d’abord, il est important de souligner qu’un couvreur sera amené à travailler avec différents types de matériaux :

  • l’ardoise,
  • la tuile,
  • la tôle,
  • le bitume,
  • le zinc,
  • le cuivre,
  • le plomb,
  • l’acier,
  • l’aluminium,
  • les bardeaux,
  • le béton,
  • le verre…

Ainsi, il est primordial que le couvreur ait une connaissance approfondie de ces différents matériaux de couverture.

Un couvreur doit également maîtriser différentes techniques. De la pose des toitures à la fixation des matériaux, en passant par la réalisation de joints d’étanchéité, il est essentiel pour le couvreur de faire preuve d’habileté.

Dans l’exercice de ses fonctions, un tel artisan doit :

  • savoir lire et interpréter des plans d’architecte,
  • avoir des connaissances en géométrie,
  • savoir lire et réaliser des dessins techniques,
  • connaître les normes de sécurité et les normes d’hygiène en vigueur dans le secteur où il exerce.

 S’ajoutent à cela :

  • la bonne condition physique,
  • la capacité à travailler en hauteur,
  • le souci du détail,
  • le sens de l’observation,
  • l’aptitude à travailler en équipe,
  • la parfaite maîtrise de la soudure.
Autres informations ici :   Le service de rénovation de maison à Bordeaux et sur le bassin d'Arcachon de ARS France

Couvreur : Quelle rémunération ?

Le salaire d’un couvreur dépend de plusieurs facteurs. Néanmoins, les points déterminants sont :

  • l’expérience,
  • les compétences,
  • la région.

Un couvreur niveau débutant peut prétendre à 20 500 € brut par an. Après des années d’expérience, le salaire peut aller de 21 600 € à 60 000 € en autoentrepreneuriat.